Montessori, Waldorf et Reggio

Montessori, Waldorf et Reggio

Je viens de lire un excellent article ici, qui résonne vraiment en moi. Je crois que j’aurais pu l’écrire mot pour mot (si tant est que je sois anglophone lol).

Depuis toujours, il y a quelques petites choses qui me dérangent dans l’approche montessorienne. Je n’ai jamais réussi à adhérer à 100% à tout et je n’applique donc que des « morceaux choisis ». J’ai donc commencé, comme tous les montessoriens en proie à des doutes, à me renseigner sur les autres approches éducatives alternatives, pour voir si il n’y aurait pas de bonne idées à prendre.

Ce que j’aime chez Montessori

– Créer un environnement adapté à l’enfant, lui permettre de faire seul ce qu’il se sent capable de faire, l’aider à grandir.

– Rendre tangible et concret des concepts (notamment mathématiques) afin d’encrer dans les 5 sens les apprentissages.

– Considérer que les tâches de la vie courante font partie des apprentissages et les enseigner avec autant de respect que les autres « matières ».

Ce que je n’aime pas chez Montessori

– Les conseils qui perdurent alors que l’évolution des connaissances nous a révélé qu’ils étaient inappropriés. Notamment le fait de faire dormir le nouveau né avec une couverture et non une gigoteuse. Le fait de protéger des chutes du matelas au sol avec des coussins, alors qu’ils représentent un danger d’étouffement.

– La vision projeté d’un mini adulte dans un nourrisson. Je ne pense pas qu’un enfant de moins 2 ans voit dans les barreaux de son lit une prison, si les parents ne l’utilisent pas comme tel (cf. mon précédant post sur le sujet). Je ne pense pas non plus que la possibilité de retourner jouer si facilement au beau milieu de la nuit soit une bonne solution pour apprendre les rythmes. On dira tout ce qu’on veut les rythmes de la société ne sont pas nécessairement les rythmes biologiques de l’homme et c’est un apprentissage social que de s’y conformer…

– Le rejet de l’imagination, de la féerie et d’une certaine manière donc, de la créativité. C’est en imaginant l’impossible que l’homme a pu se surpasser. Certaines découvertes scientifiques récentes sont directement inspirées de la série Star Treck (les premières expérience réussies de téléportation – ok on ne s’emballe pas, on a juste téléporté l’état quantique d’un proton hein… il va falloir continuer un moment à prendre le bus pour aller au boulot).

– Le fait que ce soit quand même nettement plus adapté à un groupe d’enfants qu’à un enfant seul et que ce soit une méthodologie trop scolaire pour fonctionner pleinement à la maison. Par exemple sortir un petit tapis individuel pour une activité…

– Le manque de paroles. Je n’arrive pas à expliquer en quelques mots, à ne pas donner de conseils. J’en donne probablement trop, je ne le laisse pas assez en échec. Mais je préfère le guider oralement pour qu’il le fasse physiquement lui même,  sous mes instructions, plutôt que de le voir abandonner ou me tendre le truc et me demander de faire à sa place :/ Là encore c’est quelque chose qui fonctionne en milieu scolaire, mais pas bien quand l’adulte de référence est aussi « môman », celle qui est toujours là, celle quine refusera jamais d’aider.

En résumé, je pioche parmi le matériel et les « leçons » classiques et je refais à ma sauce.

Souvent, l’approche Reggio Emilia met aussi l’enfant, les découvertes et l’expérimentation au cours de l’éducation est cité dans les blog montessoriens. Mais honnêtement, l’approche Reggio reste complètement hermétique pour moi. Je n’arrive vraiment pas à saisir ce que c’est que « faire du Reggio » puisque le principe même est que du moment où l’on défini une méthode qu’il est possible de suivre, alors ce n’est plus du Reggio. Je suis bien trop scolaire pour ce genre de concept… je veux un méthode, un mode d’emploi, au moins une piste !

Je vous conseille une lecture très instructive (la plus claire qu’il m’ai été donné de lire) sur cette méthode chez Merci Montessori, avec quand même, des pistes ;)

J’ai continué mon chemin et j’ai croisé… un illimité. Du genre bien barge, qui croit que la Lune est corne vitrifiée, que Boudha habite sur Mars ou je ne sais plus trop quoi d’autre de fantaisiste. J’ai nommé M. Steiner. Si la philosophie sousjacente est à rejeter en bloc sans la moindre hésitation, les jouets Waldorf quand a eux, sont magnifiques. Les poupées de chiffons mon coup de coeur <3 Les jouets en bois, la nature omniprésente (et parfois incarnées par de petits personnages poétiques, de sortes de petits lutins en feutrine ou en bois)…

J’ai donc décidé de rajouter une petite touche Waldofienne à une grosse base Montessorienne pour tout ce qui est préscolaire. Et peut-être un peu de Reggio, sans le faire exprès (sinon ça n’en serait plus ?). Il n’y a pas de méthode miracle, car chaque enfant est différent. Je crois qu’il faut piocher un peu de tout, pour concocter la méthode unique qui lui ressemble et qui me ressemble

Après, on passera à de la bonne éducation classique, à l’école (publique si elle ne se dégrade pas encore trop d’ici là… privée si c’est la seule façon d’apprendre à lire avec la méthode syllabique, d’avoir des cours de français, de maths et d’histoire géo plutôt que de l’endoctrinement politique, des cours de civisme, d’histoire de la religion musulmane – mais surtout pas de celle du catholicisme, pourtant historique dans notre pays…). Bref je vais encore m’énerver alors je m’arrête là :)

Si vous m’avez lu en entier, sans la moindre image, chapeau ! Laissez-moi un commentaire et je vous décernerais une médaille…

Rendez-vous tout bientôt pour un cours de couture de poupée Waldorf ;)

4 thoughts on “Montessori, Waldorf et Reggio

  1. Mathilde

    et … j’ai tout lu ! lol
    Non mais quand c’est un sujet qui nous parle et aussi bien écrit, on peut se poser 5 minutes pour tout lire
    Je suis de ton avis sur beaucoup de points (pour ne pas dire tous) je prends ce qui m’intéresse : laisser l’enfant se débrouiller sur certaines tâches et les activités d’éveil et de motricité qui sont de vrais bonnes idées
    en revanche le manque d’imaginaire ne me va pas, je pense que les adultes qui ont ses idées n’ont pas de vrais âmes d’enfants, c’est tellement important de rêver
    enfin comme je t’ai dit : bien d’accord avec toi !

  2. ferreira anne sophie

    Je m’intéresse un peu à la méthode montessori même si j’avoue ne pas adhérer à tout non plus.. j’essaie certe d’être plus à l’écoute de mes enfants pour beaucoup de choses mais le matelas par terre je suis loin d’être emballée.

    1. lillune Post author

      D’autant plus que le fameux matelas par terre, même dans les crèches Montessori, ça n’est pas appliqué, car c’est non conforme aux normes de sécurité d’un accueil d’un nourrisson. Il existe effectivement des berceaux et des lits à ras du sol, mais toujours avec une bordure pour éviter les chutes et ne pas avoir à utiliser des coussins qui seraient dangereux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *